Print Friendly, PDF & Email

Rencontre avec une locataire : Rencontrez Norah

Plusieurs potagers regorgeront de beaux légumes cet été grâce en partie au travail de Norah, une locataire bénévole des Tours Clementine.  

Norah vit dans cet immeuble depuis 14 ans et on comprend rapidement qu’elle n’hésite pas à s’avancer pour donner un coup de main. C’est ce qu’elle a fait quand elle a été informée des nouveaux règlements concernant les jardins communautaires de la ville.  

En mai, la Ville d’Ottawa et Alimentation juste ont annoncé en raison de la COVID-19 l’imposition de règles très strictes que doivent respecter les résidents d’Ottawa pour continuer à travailler dans les jardins communautaires en temps de pandémie. Les jardiniers et jardinières sont autorisés à faire pousser des légumes tant et aussi longtemps qu’ils respectent la distanciation sociale et un horaire.  

Norah, qui a son jardin depuis sept ans, avait très hâte de sortir et de se mettre à jardiner. Elle a été heureuse de donner un coup de main au personnel du Soutien des communautés et des locataires pour établir un horaire à l’intention des 16 autres jardiniers de son immeuble pour que soit respectée la distanciation physique.  

Norah a assigné à chaque parcelle de jardin un code de couleur qui indique l’heure à laquelle le jardinier ou la jardinière peut travailler dans son petit coin de verdure. Il y a 17 parcelles et cet horaire est nécessaire pour éviter que deux personnes ne s’y retrouvent en même temps. Norah a également travaillé avec l’organisme Vieillir chez soi pour faire traduire en français, arabe et chinois l’entente que doivent signer les jardiniers.  

Norah, qui a trois enfants et est grand-mère, a grandi dans le voisinage et a même fréquenté l’école Ridgemont High School.  

Au fil des années, elle a joué divers rôles au sein de l’Association des locataires des Tours Clementine. Tous savent que Norah est une personne sur qui on peut compter quand on a besoin d’un coup de main.  

Ces jours-ci, quand Norah n’est pas en train de travailler aux horaires pour les jardiniers, elle s’emploie à confectionner des masques qu’elle donne à ses voisins et à ses proches.  

« Je me suis installé un petit atelier dans mon salon avec mon tissu et mes fournitures de couture. Je ne suis pas capable de les produire à la chaîne comme certains le font parce que j’ai un petit côté perfectionniste et je veux que mes masques soient parfaits », dit-elle.  

Norah s’empresse d’ajouter que cela lui fait plaisir d’en faire cadeau aux gens qui en ont besoin.  

« Nous devons continuer à être très prudents même si on commence à ouvrir les commerces, parce qu’ici, nous sommes tous des aînés », rappelle-t-elle.  

 

 

Lire d’autres articles

Please follow and like us: