Disponible/available in: English (Anglais)

Pam est locataire de la Société de logement communautaire d’Ottawa (LCO) depuis plus de 20 ans.

Quand son fils était petit et qu’elle l’élevait seule, elle habitait sur l’avenue Draper, et quand il est parti vivre de son côté, elle a déménagé sur la rue MacLaren.

Pam indique qu’elle a toujours adoré participer au sein des communauté de LCO où elle a vécu.

Il faut dire qu’elle a le tour de se faire partout des amis en offrant un coup de main aux gens qui l’entourent.

Pam est de nouveau sur le point de déménager. Et c’est avec regret que ses nombreux voisins et amis de la rue MacLaren la verront partir.
Pam est toujours l’une des premières à proposer ses services quand il y a une activité bénévole ou un barbecue communautaire.

J’adore ça, dit-elle. Ça nous rassemble et c’est très divertissant de donner un coup de main.

L’un des projets dont Pam était responsable, c’était le « Snack Shack » de la salle communautaire des tours MacLaren.
Durant les mois plus froids, elle offrait du café et des biscuits aux locataires des tours, et en été, c’était des jus et d’autres collations.
Pam indique que l’idée d’une cantine est venue de travailleurs de Salus, un organisme de bienfaisance d’Ottawa qui assure des services de soutien au logement et de réadaptation aux personnes ayant des problèmes de santé mentale.

La Société de logement communautaire d’Ottawa a accepté de fournir un petit budget pour les collations.
« À partir de là, le projet a fait boule de neige », poursuit Pam.

Pam a également donné un coup de main en juillet, quand les bénévoles de la Banque TD sont venus désherber les terrains et y planter des fleurs, et plus tôt durant l’été quand le personnel et les locataires ont célébré la Fête du Canada.

Pour Pam, le bénévolat est une occasion de sortir de chez elle et aussi d’interagir avec les membres de la collectivité.

Elle a travaillé pendant des années pour l’organisme Urban Outreach, situé au 420 rue Cooper. Cet organisme offre du soutien aux sans-abris et aux personnes à risque de le devenir.

« C’est vraiment très bien. Ils peuvent venir prendre une douche et se raser », indique Pam en parlant de la clientèle de l’organisme.

Quand elle aura déménagé, Pam a l’intention de rester le contact avec ses amis de la rue MacLaren. Elle encourage tout le monde à parler au personnel de LCO pour savoir comment donner un coup de main dans leurs communautés respectives, soit en joignant un regroupement de locataires, ou encore en aidant à l’organisation des activités.

Print Friendly, PDF & Email